Prendre soin de soi pour mieux d’accompagner les autres

Développer ses compétences de coach, d’accompagnant, c’est travailler sur son principal outil de travail : soi-même. La supervision est là pour cela, prendre soin de soi, et continuer à grandir et à s’épanouir dans un métier ou des tempêtes, des moments de solitudes, les difficultés peuvent faire partie du quotidien.  

La supervision c’est une forme d’écologie personnelle : être bienveillant avec soi-même pour pouvoir l’être avec nos clients. La supervision individuelle ou en groupe est là pour vous permettre de :  

  
• Mieux accueillir vos ressentis, vos émotions, pour mieux accompagner vos clients  

•  Développer de nouvelles compétences, élargir et enrichir vos approches, faire évoluer votre savoir-être 

•  Évoquer vos difficultés : peurs, du sentiment d’impuissance, incertitudes, frustrations … 

• Prendre du recul sur une situation professionnelle, sur ce qui se joue dans les relations avec vos clients  
• Identifier les zones d’ombre et continuer à apprendre grâce à chaque expérience 
• Consolider votre identité professionnelle, vos spécificités



Savoir zoomer et dézoomer 

Dans le feu de l’action le cerveau focalise sur l’action, le court terme, le cerveau prends des raccourcis qui sont parfois de mauvaises pistes. La supervision va permettre de zoomer sur le détail d’une situation difficile avec un client, faire un diagnostic précis, pour envisager des solutions, pour continuer sereinement l’accompagnement.  
Mais aussi de dézoomer : Qu’est-ce que ce blocage dit du coach qui s’est trouvé emmêlé ? Quels échos avec ses propres problèmes ? Comment se dissocier de ses clients ?  
La supervision est un espace dissociatif qui permet au coach de se détacher des enjeux dans lequel il a pu être pris d’un point de vue intellectuel ou émotionnel. Ce serait comme retirer et nettoyer ses lunettes pour éclairer différemment des situations, prendre du recul et avancer le pas plus léger dans ce métier impliquant.  
Pour en savoir plus, contactez-moi. 

« Ce qui compte ne peut pas toujours être compté, et ce qui peut être compté ne compte pas forcément. »

Albert Einstein